C'est quoi être sioniste ?

Publié le par Regali

Et tout d'abord, c'est quoi être antisioniste ?

En vérité l'expression complète c'est "antisioniste-mais-pas-antisémite".

Autrement dit : "Je veux massacrer huit millions de gens, mais qu'ils m'excusent, j'ai absolument rien contre eux".

Et être sioniste alors c'est quoi ?

Un beau jour, j'ai découvert que j'étais sioniste. Le sionisme c'est comme la prose, on peut en faire sans le savoir. Jusque-là j'avais toujours considéré Israël comme un pays qui avait bien le droit d'exister, puisque après tout il existe depuis plus de soixante ans et que c'est la terre d'origine des juifs depuis des millénaires, celle où Jésus est né. Quant à savoir si c'était une bonne idée de l'ONU de créer cet Etat, je n'en avais pas la moindre idée, et de toute façon, n'étant pas juive, j'estimais que je n'avais pas mon mot à dire.

Il me semblait bien que, si pour certains juifs cette terre représentait la Terre Promise, leur Terre d'origine où ils pourraient enfin avoir un pays à eux, beaucoup d'entre eux, qu'ils soient Français, qu'ils soient d'Europe ou d'ailleurs, auraient préféré, plutôt que d'aller jouer les pionniers dans un pays hostile et quasi-désertique, rester tranquillement chez eux, dans leurs pantoufles, à lire un bon roman ; et à leur place on en aurait fait autant. Seulement voilà, on ne les laissait pas dans leurs pantoufles...

Il me semblait bien aussi qu'un pays attaqué en permanence avait bien le droit de se défendre, qu'avec 34 partis il ne pouvait guère être traité de dictature, que des enfants ne vont pas manifester de leur propre chef mais que ce sont des adultes qui les envoient...

Et puis, j'ai rencontré des antisionistes - je veux dire, des antisionistes-mais-pas-antisémites. Alors j'ai étudié la question de plus près, et j'ai constaté qu'Israël est quasiment le contraire de ce que racontent ces gens.

Eh bien tous ces gens qui se proclament antisionistes, qui piquent une véritable crise quand ils voient un drapeau israélien, qui vous disent horrifiés :"mais vous êtes sioniste !", "comment ! vous défendez les sionistes !", ce qui est curieux, c'est que quand on leur demande d'expliquer ce qu'ils entendent par ces termes, ils sont incapables de répondre. Ils se contentent de s'indigner avec véhémence contre Israël en répétant à satiété les mêmes slogans, et en parlant à toute vitesse pour vous empêcher de discuter - de peur, sans doute, que vous n'arriviez à les faire changer d'avis.

Ca a tout de la névrose phobique, à moins qu'il ne s'agisse d'hypnose collective. Tout raisonnement est aboli.

Que ce soit dans la vie courante ou sur internet, je n'ai jamais pu obtenir une définition.

Sans doute ne veulent-ils pas avouer - ni peut-être s'avouer à eux-mêmes - qu'il s'agit de massacrer huit millions de personnes.

Conclusion : être sioniste, pour un non-juif, c'est simplement ne pas être antisioniste.

Autrement dit, être sain d'esprit.

Et pour les antisémites, le terme sioniste est en train de remplacer le mot juif, ce qui permet d'échapper à la loi. En fin de compte, "je suis antisioniste mais pas antisémite" signifie "je hais les juifs mais je suis un hypocrite et fier de l'être".

Mais ça permet aussi de racoler de nombreux naïfs qui auraient des scrupules à être antisémites, que la propagande arrive à persuader que la politique d'Israël est systématiquement criminelle, et qui ne se posent pas de question sur le sens des termes.

Publié dans C'est quoi...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article