Un génocide qui devient un enjeu électoral...

Publié le par Regali Kyrien

Puisque « les heures les plus sombres de notre histoire » redeviennent d’actualité – électoralisme oblige – et malgré le dégoût que m'inspirent ces manoeuvres, je vais donner ma vision personnelle, car je constate que je dois être la seule internaute à avoir réellement étudié la dernière guerre sous tous ses aspects.

 

Pourquoi la France est-elle le pays d’Europe où le plus de juifs ont pu se sauver – les trois-quarts – et pourquoi pas la totalité ?

La réponse n’est pas d’ordre moral, c’est uniquement le hasard.

 

Circonstances favorables

 

  • Hitler voulait faire de la France un « jardin pour l’Europe » donc il la ménageait et a accepté un gouvernement français au lieu d’installer un « gauleiter » comme dans les autres pays conquis
  • L’armistice préservait la moitié de la France en zone libre, ce qui a permis aux filières d’évasion et aux réseaux de résistance de s’organiser
  • Neutralité de Franco, ce qui permettait de passer par l’Espagne pour gagner soit l’Amérique soit l’Angleterre (sans quoi la France aurait été une nasse fermée, avec le blocus en Méditerranée)
  • Une chose que l’on n’arrive pas à comprendre de nos jours, où l’on identifie Résistance à Maquis : la « collaboration » a abouti à une organisation rapide de la résistance en tant que renseignement espionnage et double jeu. Au point qu’au début les résistants croyaient que Pétain soutenait la résistance en sous-main – ce qui s’est révélé faux.
  • Le STO (service du travail obligatoire en Allemagne, début 43) a contribué à la formation de maquis, les réfractaires devenant maquisards. La zone libre avait été envahie quelques mois plus tôt

 

Circonstances défavorables

 

 

  • Pétain croyait au complot judéo-maçonnique et judéo-bolchévique ; il n’aurait pas tué les juifs, mais leur sort lui était indifférent
  • Ceux qui n’étaient pas antisémites (Pierre Laval par exemple) faisaient passer avant tout la Raison d’Etat
  • Pétain n’était pas conscient de son prestige auprès d’Hitler, qui lui aurait permis d’obtenir beaucoup plus
  • L’entourage de Pétain était très anglophobe et le poussait vers la collaboration
  • Le bombardement de la flotte française par l’Angleterre à Mers-el-Kébir a précipité le gouvernement de Vichy dans une collaboration active, l’Angleterre devenant l’ennemi n° 1, la « perfide Albion »
  • Le communisme était présenté comme le pire danger, et l’Allemagne comme étant un rempart (d’où la LVF)
  • L’aveuglement de la population, y compris des juifs eux-mêmes, dû au manque total d’information et aussi au caractère inimaginable de ce projet de massacre total
  • Les gens étaient dans leur majorité surtout occupés à survivre tant bien que mal dans leur vie quotidienne
  • L’omerta complète sur les camps, y compris en Angleterre : la BBC avait ordre de refuser tous les témoignages (Arthur Koestler et d’autres ont raconté comment ils avaient désespérément tenté d’informer à la BBC, sans succès). Seuls les réseaux de Résistance étaient informés.
  • La déportation des juifs apparaissait à l’époque comme un épiphénomène, les événements étant compris comme une guerre de plus contre « les Boches ». C’est seulement longtemps après qu’on a pu comprendre que la suppression complète du peuple juif était l’objectif primordial du nazisme. Quand Hitler a compris que la guerre était perdue pour lui, il a affecté les trains non au repliement de ses troupes, mais à la déportation des juifs, sacrifiant sa propre armée à son projer génocidaire
  • Les Alliés, sous commandement américain, ont refusé de bombarder ces voies ferrées, malgré tous les plans et renseignements fournis par la Résistance. Il ne s’agissait pas d’objectifs stratégiques. (On peut rapprocher ça de la « raison d’Etat »). Résultat : c’est près de la moitié des juifs déportés qui l’ont été après le Débarquement

_________________________________

 

Alors qui sont les coupables ? Essentiellement la politique, l’économie, la raison d’Etat , la raison de guerre – et toutes les pires caractéristiques de la nature humaine, qui se donnent libre cours en temps de crise, depuis le simple aveuglement jusqu’au pire déchaînement de haine.

 

Que toutes ces circonstances aient pu aboutir à un tel génocide, ça paraît incroyable n’est-ce pas ? Et pourtant c’est vrai, il n’y avait pas, ni en France ni en Europe, ni même en Allemagne, de véritable volonté de ce génocide, voulu et programmé par une infime minorité.

Plutôt que de chercher : qui sont les bons qui sont les mauvais, qui sont les responsables, il vaudrait mieux être conscient de la réalité et de son enchaînement inexorable, ce qui permettrait d’éviter que ça ne se reproduise – on peut toujours se faire cette illusion...

_____________________________

Et remarquons qu’à l’heure actuelle, la bête immonde est en train de renaître dans le monde islamique, et même dans nos pays, et qu’on retrouve  les mêmes circonstances complices et les mêmes réactions humaines... 

Economie, pétrole, géopolitique, propagande... stupidité... et omerta. 

 

 

 

Publié dans France

Commenter cet article