Non ce n'est pas du terrorisme...

Publié le par Regali

Non ce n'est pas du terrorisme...

Regardez bien cette vidéo de propagande destinée aux enfants.

D’abord l’on explique que les événements d’aujourd’hui ben c’est pas si grave que ça puisque ça a déjà eu lieu dans l’Histoire, puis ça a fini. Alors on nous sort un doux mélange : après avoir dit que le terrorisme visait les civils, on cite un attentat contre Bonaparte, ceux d'Action Directe, on inclut inévitablement l'OAS à qui on attribue un attentat bidon... Et on trouve bien sûr le refrain sur les attentats séparatistes plus nombreux depuis vingt ans que les attentats musulmans.

Oubliant évidemment le FN, intouchable, les attentats anti-juifs de l'OLP (synagogue, Goldenberg...), les attentats métro St Michel, Tati, rue de Rennes... bref tous les attentats d'origine musulmane..

Puis on passe au terrorisme international et, au lieu de présenter ça comme une aggravation du problème, on en profite pour minimiser dans le style "vous plaignez pas, c'est encore pire ailleurs". Incroyable ! 32000 personnes tuées dans le monde c'est présenté en somme comme divisant d'autant l'importance de chaque mort !

Il s'agit de banaliser le "terrorisme" présent, l'assimiler à des attentats qui se situaient dans un contexte politique particulier et uniquement commis par des Français, et en somme le présenter comme un petit ennui qui passera tout seul...

Manuel Valls en janvier 2015 : « Les jeunes Français doivent s’habituer à vivre durablement avec la menace d’attentats »

Les jeunes certes, parce que les autres seront plus difficiles à convaincre qu’ils vivent une situation normale ! Alors on fait de l’éducation au terrorisme permanent. Vous imaginez ce que sera le monde normal pour la génération en cours de croissance ?

L’assimilation au terrorisme masque le véritable ennemi

Le mot terrorisme sert à ne pas nommer l'ennemi : le Djihad.
Non ce qui se passe aujourd'hui n'est pas du terrorisme, n'a rien à voir avec ce que nous avons connu. C'est le Djihad, la guerre sainte qui a été déclarée au monde.

Voilà un bel exemple de ce qu’Edgar Poe appelait « nier ce qui est et expliquer ce qui n’est pas ».

On retrouve là à l'oeuvre cet aspect de la "logique" négationniste qui consiste à associer des éléments sans rapport, en occultant l'évidence.


TOUT GENOCIDE S ACCOMPAGNE DE NEGATIONNISME AVANT, PENDANT, APRES.

Et les musulmans « modérés ?

Tout ceci est à rapprocher de la vieille rengaine « La majorité des musulmans sont pacifiques ». Certes ! mais ils ne vont pas le rester longtemps, avec la propagande que l’Etat laisse s’installer dans notre pays : mosquées prêchant le djihad et la charia, chaînes de télévision expliquant aux enfants que leur allégeance va à l’oumma et non à la France, appels au meurtre sur internet, etc. Alors on nous dit qu’on va « déradicaliser »... Passant sous silence une évidence : ces musulmans pacifiques deviennent de moins en moins nombreux, c’est cette communauté tout entière qui bascule peu à peu du côté extrême de la courbe de Gauss. Malgré les efforts de certains imams ou intellectuels, fort minoritaires, qui s’évertuent à crier dans le désert, nullement soutenus par notre gouvernement ni relayés par les médias.

Pourquoi les musulmans pacifiques que nous avons connus comme voisins, copains, amis se « radicalisent »-ils ?

C’est très simple.

Leur famille leur avait appris, de génération en génération, le meilleur de l’islam, les préceptes à appliquer entre musulmans : compassion, charité, entraide, aider les pauvres, respecter les vieux etc. Et tout naturellement ceux qui vivaient en France appliquaient ces préceptes aux non-musulmans. C’est ainsi que nous avons pu participer à de joyeuses fêtes, jouir de leur hospitalité, leur convivialité, toutes ces qualités qu’ils nous avaient apportées et qui se mélangeaient avec nos propres qualités, assurant entre autres une libération progressive des femmes, mais aussi l’abandon progressif de leur religion.

Puis sont arrivés les musulmans purs et durs, ceux qui avaient lu le coran : ils leur ont fait découvrir tout ce qui y figure sur la manière de traiter les non-musulmans : meurtres, razzias, esclavage des femmes... à quoi on oeut ajouter les préceptes de la charia : meurtre des apostats, des homosexuels, mutilations des délinquants, lapidation etc.

Et des motivations religieuses telles que « respecter les règles pour faire plaisir à Allah », ils les ont remplacées par la crainte de l’enfer et de ses horreurs.

Ces instructeurs de l’islam pur et dur, on peut bien les nommer djihadistes, même s’ils se gardent bien de passer eux-mêmes à l’acte. Car djihad signifie « guerre sainte », et n’a rien à voir avec nos propres guerres saintes dont le but était de récupérer le tombeau du Christ ; si leur guerre est sainte, c’est qu’elle doit faire disparaître de la Tere tout ce qui n’est pas l’islam :donner le choix entre la conversion, la soumission avec paiement d’un impôt, ou la mort.

En même temps le communautarisme imposé patiemment par nos gouvernements à des immigrés, fort réticents au départ mais sur qui on a réussi à plaquer le « vivre ensemble » (traduisez faire bande à part), a stoppé l’intégration en cours, réclamée pourtant par les immigrés mais qu’on a persuadés être victimes de racisme (et ne parlons pas de l’islamophobie, inventée par un think tank anglo-saxon). Les isolant ainsi et les renvoyant ainsi sous la coupe des prêcheurs de djihad (plus ou moins masqué).

Rien d’étonnant alors que la communauté musulmane de France glisse peu à peu vers des actes terroristes, organisés ou isolés, et que soient de plus en plus nombreux ceux qui applaudissent après chaque attentat.

Rien d’étonnant non plus à ce qu’on puisse les qualifier de fous (euphémisme « déséquilibré »). Ils ont de bonnes raisons de l’être devenus.

Ce n’est pas seulement dans des ghettos géographiques qu’on les a enfermés, mais dans un ghetto psychologique.

Déradicaliser des individus un par un ? quelle plaisanterie ! c’est la communauté musulmane tout entière qu’il faut déradicaliser.

Et nos gouvernants par-dessus le marché.

_____________________________________________________________

Voici une vidéo où Aldo Sterone exprime ça parfaitement.

"La majorité des musulmans sunnites sont meilleurs que l'islam sunnite"... Mais ils vivent dans le déni.

Si l'auteur du massacre de Nice devait passer devant un tribunal de la charia, il serait acquitté.

Publié dans La politique du chaos

Commenter cet article