Breaking the Silence : Lettre à la Revue Suisse

Publié le par Regali

Breaking the Silence : Lettre à la Revue Suisse
Courrier des lecteurs

Au sujet de l’exposition (annulée finalement) de l’association Breaking the Silence

Votre petit article s’inspire de Wikipédia, dont le texte comporte des inexactitudes et contradictions.

Cette association, fondée en 2004, ne l’a pas été par un officier de Tsahal, mais tout simplement par un bidasse, au sortir de ses trois ans de service militaire obligatoire au cours duquel il avait été nommé sergent (donc sous-off), et une soixantaine de ses camarades.

En France, au retour de la guerre d’Algérie, on a vu beaucoup d’appelés qui racontaient des expériences traumatisantes – et bien plus horribles -, ils n’en ont pas pour autant créé une association. Et dans toutes les guerres, toutes les armées ça se passe comme ça. la guerre amène un cortège d’horreurs. Or ce qui avait traumatisé ces bidasses israéliens était plutôt bénin et montrait simplement que les officiers ne leur expliquaient pas le pourquoi de telle ou telle opération militaire.

Alors on peut se demander : pourquoi cette association ? comment se fait-il qu’elle ait trouvé des financements ? comment se fait-il qu’elle ait trouvé, pour cette enquête récente, ce financement énorme de 300.000 euros, venu principalement de l’étranger ? Et à quoi a servi cet argent ? à trouver une trentaine de soldats mécontents, demeurés anonymes ? allons soyons sérieux ! Et plus extraordinaire encore : pourquoi cette prétendue « enquête » a-t-elle eu un tel retentissement médiatique ? qui s’est chargé des relations publiques ? Et pourquoi la Suisse, d’ordinaire plus circonspecte, a-t-elle accepté d’en faire une exposition ? d’où lui est venue cette idée incroyable ? Imaginez-vous notre pays organisant une exposition sur des témoignages de militaires français, ou anglais, ou suisses pendant qu’on y est ?

Heureusement qu'elle a été annulée ! Mais la Suisse devrait tout de même se poser des questions à ce sujet. Et en particulier : pourquoi Israël ?

La Suisse ne veut plus « gâcher l’argent public » en finançant Breaking the Silence

Le Petit hebdo.net

dimanche 7 juin 2015

L’ouverture de l’exposition Breaking the Silence, jeudi dernier à Zurich, a déclenché une tempête de critiques des politiciens suisses qui demandent au ministère des Affaires étrangères d’arrêter de gâcher l’argent public en finançant une organisation qui n’a pour seul but que de « propager la haine de l’Etat juif. »
« Nous condamnons fortement le parrainage de Briser le silence, avec des fonds publics, par le biais de l’AED [ministère suisse des Affaires étrangères] et du ministère des Finances, et nous nous attendons désormais à un examen attentif des projets, afin que l’argent du contribuable suisse ne soit plus mal utilisé » ont écrit 10 députés du groupe parlementaire Suisse-Israël.

Publié dans Lettres à...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article