Révisionnisme

Publié le par Regali

On connaît les techniques du révisionnisme. La principale consiste à :

1. Définir la conclusion, et la poser comme prémisse.

2. Rechercher tous les faits qui pourraient conforter la théorie, les extraire du contexte général et de leur contexte particulier, et les relier entre eux selon une ligne directrice la plus simple possible - pour qu'elle ait l'air d'une évidence.

3. Combler les manques avec quelques canulars (hoax) qui ajoutent à la vraisemblance.

Voyons ce que donne ce système appliqué à deux faits d'actualité :

1. Révisionnisme anti-israélien

"Breaking the silence"

La conclusion prévue d'avance c'est : L'armée israélienne, Tsahal, est composée de fous dangereux, qui ont reçu l'ordre - d'un gouvernement composé de même - de tuer un maximum de civils palestiniens. Forcément des civils, puisqu'il n'y a pas un seul combattant à Gaza, le Hamas étant, comme chacun sait, un mouvement humanitaire et pacifique...

L'association chargée de ce travail - et payée - par le même mouvement humanitaire et pacifique (via quelques ONG pour noyer un peu le poisson) va donc partir à la recherche de soldats cruels, déboussolés ou mécontents. La recherche présentant quelques difficultés, c'est pas moins de 3000 euros qui lui seront nécessaires pour arriver à en trouver quelques dizaines. Certains témoignages seront sans doute pris tels quels, d'autres seront déformés, tous seront sortis de leur contexte, et on peut parier qu'un bon nombre ont été inventés, le mensonge ne faisant pas froid aux yeux des commanditaires.

Alors là, mystérieusement, pas un seul de ces témoignages ne sort de l'anonymat, ce qui aurait permis à Israël de sanctionner ces soldats (le cas s''est déjà produit, car dans toutes les armées du monde il y a des soldats qui à un moment perdent les pédales).

Quant au contexte, il disparaît tout aussi mystérieusement, et dans sa totalité. Bien sûr, on ne va pas reconnaître qu'il s'agit d'une guerre...

Et on ne va pas publier les témoignages de tous les soldats qu'on a dû rencontrer avant de trouver ceux qu'on cherchait avec tant d'acharnement.

C'est tellement énorme que tous les journalistes qui ont retransmis ça sans analyse critique ont réussi à prouver :

que leur métier consiste à informer les gens sans prendre la peine de s'informer auparavant, parce qu'ils ne sont qu'un canal de retransmission de tout ce qu'on veut faire avaler au bon peuple.

Qu'ils ont peur de perdre leur boulot s'ils n'obéissent pas aux propriétaires des médias.

(à suivre)

Publié dans Réflexions

Commenter cet article